Menu Fermer

Mon voyage photographique + les photos du désert Boho Chic de la photographe néerlandaise Anouschka Rokebrand

Beaucoup m’ont demandé comment j’ai commencé à faire de la photographie, je veux donc répondre en détail maintenant, car je n’ai pas l’habitude d’approfondir le sujet, ni de dire quel a été mon principal bloc au début, ce que certains d’entre vous vont sans doute comprendre. Mais d’abord, parce que cela correspond parfaitement à mon histoire, je veux partager la galerie en ligne du photographe néerlandais Anoushka Rokebrandqui, il y a quelques années, a quitté sa Hollande natale pour le sud-ouest américain. Elle vient de lancer ce projet hier, donc c’est tout nouveau et je voulais que vous le sachiez d’abord, car Boho est une grande tendance dans les intérieurs en ce moment et ses photos s’adaptent vraiment bien à cette tendance.

Anoushka est une photographe fantastique, I’a admiré son travail depuis qu’elle est venue à Hanovre pour quelques jours, il y a environ 4 ans, pour m’apprendre davantage sur la photographie. Je me souviens qu’à cette époque, dans ma carrière, je voulais apprendre tout ce que je pouvais sur la photographie, alors j’ai suivi une formation sous Debi Treloar (intérieurs) alors que nous avons produit mes deux premiers livres en 2010 et 2011, Deitlind Wolf (stylisme) en 2017 et Anoushka Rokebrand (mode de vie, mariages) à peu près à la même époque, je pense 2016. Quant à la partie technique, je l’ai apprise par mon mari, Thorsten, et grâce à beaucoup de pratique et en sautant sur place pour dire “Oui!&rdquo ; beaucoup de projets. J’ai aussi fait beaucoup d’erreurs au début, mais je ne’dévalorise aucune d’entre elles et je n’ai pas honte parce que je sais qu’elles ont toutes fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

Quand nous nous sommes mariés, mon mari m’a offert un appareil photo Canon pour notre premier anniversaire parce qu’il savait combien j’aimais prendre des photos – c’était en 2002. Mon grand-père était photographe portraitiste et possédait un studio dans sa grande maison du Midwest. Il avait l’habitude de prendre des photos de moi et de mes parents (il’s le père de mon père) quand j’étais enfant. J’ai toujours été fasciné par son travail. J’ai encore certains de ses portraits et je les adore, ils reflètent vraiment les tendances du moment et me donnent un aperçu particulier de son monde et de sa vision depuis sa mort quand j’étais adolescente.

I’ve aussi beaucoup travaillé avec mon ami Leslie ShewringLeslie a éveillé en moi un véritable amour de la photographie qui a été plutôt latent pendant des années, car je me suis surtout concentrée sur l’écriture et la recherche de contenu pour mon blog et mes livres. J’ai toujours aimé la photographie, mais je ne m’y suis jamais vraiment intéressé, j’ai engagé des gens pour faire le travail à ma place. Pourtant, j’ai découvert, alors que je dirigeais des photographes et “seeing&rdquo ; le cliché dans mon esprit’s yeux, que ma frustration grandissait. Je voulais être derrière la caméra. Je ne voulais pas continuer à diriger les gens – c’était frustrant pour moi de tenir ma langue et je sentais que c’était frustrant pour eux de sentir mon énergie – j’imagine qu’ils pouvaient sentir que je voulais intervenir et faire leur travail. La photographie m’a vraiment électrisée, je l’aime au-delà des mots.

Je prends des photos quotidiennement, je les utilise comme un journal visuel ou un journal intime pour documenter ma vie mais aussi pour mon travail. I’ve a fait un long chemin. Mais non sans beaucoup de doutes et d’anxiété au début.

Photo: Anoushka RokebrandPhoto: Anoushka Rokebrand

La confiance en soi (en photographie au moins) a toujours été un défi très difficile pour moi. Cela m’a freiné parce que je ne me considérais pas assez technique, je pensais que peut-être je n’avais pas ce qu’il faut pour faire une bonne photo qui serait prise au sérieux en dehors du monde des blogs (les blogueurs sont adorables et très indulgents). De plus, les photographes peuvent être très protecteurs de leur travail, de leurs compétences et de “secrets&rdquo ;, ce qui rendait l’apprentissage très difficile à l’époque où le partage par le biais de cours et d’ateliers en ligne devenait la norme chez de nombreux photographes haut de gamme. Je suis très reconnaissante que la technologie ait changé toutes ces anciennes “closed&rdquo ; méthodes de travail, car le partage des connaissances est le seul moyen pour tout domaine de vraiment progresser, évoluer et se développer.

Un véritable tournant dans ma carrière a été l’embauche houx Marder à partir de Studio de design Avenue de se rendre à Hanovre pour travailler avec moi pendant plusieurs jours sur mon quatrième livre, Décorer pour une fête. Elle m’a regardé à un moment donné pendant que nous travaillions (je pense que c’est’parce que j’étais si autoritaire, je ne’sais pas) et m’a dit, “Pourquoi avez-vous besoin d’engager un photographe à ce moment-là, vous êtes si bon tout seul, pourquoi ne’faites-vous pas confiance à vous-même ? Je me suis demandé si je l’avais irritée. Mais je ne l’avais pas’t, du tout. Elle sentait combien j’aimais styliser et prendre des photos, elle sentait mon énergie, elle savait que c’était quelque chose que je désirais pour moi-même – prendre mes propres photos professionnellement.

Ce commentaire franc était exactement ce que j’avais besoin d’entendre (merci, houx!). Cela m’a aidé à faire disparaître des couches et des couches de doute et d’insécurité concernant la photographie. En fait, son commentaire m’a forcé à sortir de ma zone de confort car, dans la dernière heure de création Décorer pour un partiNotre éditeur avait besoin d’une photo pour la couverture et m’a demandé d’en créer une et de la prendre en photo parce qu’il n’avait pas le temps d’engager quelqu’un. Je l’ai fait en une demi-journée et l’éditeur était si heureux que ma salle à manger soit devenue la photo de couverture (voir ici). Quel honneur.

J’ai toujours supposé que parce que je n’étais pas’super technique, je ne pouvais pas’tre vraiment un photographe. Je me souviens lui avoir dit que je faisais confiance à mon œil, mais pas à mes compétences, et elle a ri et a dit : « Pensez-vous honnêtement que je suis’super technique ? ! Je sais comment prendre les photos que je veux, et c’est tout. Don’t me pose pas de questions techniques par contre. C’était il y a quatre ans, I&rsquo. Je suis sûr qu’Holly est très douée pour la technologie avec son appareil photo aujourd’hui, mais j’ai appris très tôt que les gens qui tiennent leur appareil photo, qui produisent des photos incroyables, ne maîtrisent pas vraiment toutes les fonctions de leur appareil.

Photo: Anoushka RokebrandPhoto: Anoushka Rokebrand

Cette conversation honnête m’a vraiment AIDÉE à entendre Holly MarderQuelqu’un que j’avais formé des années auparavant pour devenir blogueuse chez moi était maintenant chez moi de nouveau, des années plus tard, me formant et elle ne le savait même pas. J’ai appris qu’il me suffisait de “maîtriser”comment prendre des photos dans mon style, je n’avais’pas besoin d’apprendre mon Canon 5D Mark III à fond et de devenir un génie technique. C’était absolument ce que j’avais besoin d’entendre pour me mettre sur une nouvelle voie – la voie moins critique, moins protectionniste – la voie amusante et épanouissante de la créativité avec un appareil photo que je désirais ardemment. En fait, plus je travaillais avec des photographes et des blogueurs qui faisaient de belles images, plus j’observais que la moitié d’entre eux ne’connaissaient pas bien leur appareil photo mais savaient comment obtenir ce qu’ils voulaient. Et c’est ce qui comptait.

Photo: Anoushka Rokebrand

Une blogueuse m’a dit dans une foire à Milan qu’elle n’avait pas’besoin d’écrire un livre sur la photographie, elle avait besoin de prendre de jolies photos. C’était son seul but. Cette approche plus décontractée m’a débarrassé de la pression que je m’étais imposée pendant des années. J’avais besoin d’apprendre à, “faire semblant jusqu’à ce que je réussisse&rdquo ;, ce qui était tellement à l’opposé de la façon dont j’avais abordé la photographie au départ. La recherche de la perfection freinait ma croissance, alors j’ai commencé à prendre plus de photos, à accepter plus de travail sans engager de photographe et à le faire moi-même, et à pratiquer mon propre style quotidiennement en utilisant mon iPhone et mon Canon, je me suis dit que si je pouvais apprendre à les utiliser, je pourrais aussi faire de superbes photos.

Photo: Anoushka Rokebrand

Quoi qu’il en soit, je m’écarte du sujet, mais travailler avec Anoushka Rokebrandqui est technique, qui connaît son appareil photo et sait comment prendre de superbes photos, a été pour moi une éducation de niveau supérieur. C’était vraiment utile et cela a enrichi ma panoplie d’outils. Chaque expérience que j’ai eue dans les débuts de la photographie m’a aidé à trouver mon propre style, à développer mes compétences et à former ma vision. I’m continue d’apprendre et d’évoluer en tant que styliste et photographe, mais I’m photographie pour des magazines et des livres, 90 % des photos sur mon Instagram sont les miennes, et I’m capture encore mieux les grands souvenirs de ma vie et de l’enfance de mon petit garçon parce que I’ve a investi dans l’apprentissage de la prise de bonnes photos de personnes comme Anoushka. En grande partie, je suis autodidacte, autodirigée et motivée. Mais je n’oublie jamais les personnes qui m’ont aidé à avoir confiance en moi – ces cours spéciaux avec Anoushka et Dietlind et l’observation Debiet je parle beaucoup de photographie avec mon mari, Leslieet Holly.

Si vous aimez les photos qui parsèment ce post, elles ont toutes été prises par Anoushka et sont disponibles sur son site web ICI. Vous pouvez télécharger n’importe laquelle d’entre elles sans filigrane (il y a un petit prix à payer) et ensuite elle vous enverra le fichier et vous pourrez créer vos propres photos en les envoyant à une imprimante ou en les imprimant chez vous&hellip ; Vous pourrez ensuite les encadrer et profiter de ses magnifiques tirages du désert de l’Arizona chez vous. J’aimerais bien agrandir trois de ses photos et les mettre au-dessus de mon lit. Avez-vous des favoris ?

CONSEIL PHOTO : Vous pouvez participer à notre défi photo d’intérieur #30dayhomelove sur Instagram ce vendredi, il démarre le 1er mai et se déroule quotidiennement jusqu’au 30 mai. Chaque jour, il y a une nouvelle invitation. Vous prenez votre appareil photo ou votre smartphone et vous prenez une photo de votre maison qui correspond au thème du jour et vous la postez sur votre Instagram et votre tag @ decor8 @myscandinavianhome et #30dayhomelove pour que nous puissions vous rendre visite, comme la photo, et peut-être que si le temps le permet, nous pourrons aussi laisser un commentaire. L’objectif est d’utiliser le défi pour améliorer un peu votre style et votre photographie chaque jour, pour vous faire de nouveaux amis, pour être inspiré à la maison, et peut-être même pour trouver de nouveaux coins ou de nouveaux endroits dans votre vie quotidienne que vous aimez (et que vous n’avez pas encore réalisés).

DE LA NOURRITURE POUR LA RÉFLEXION : Quel a été votre parcours photographique ? Aviez-vous (ou avez-vous encore) des obstacles à surmonter ? Pensez-vous avoir “le syndrome perfectionniste&rdquo ; aussi comme je l’ai fait autrefois ? Peut-être que tu dois être moins dur avec toi-même, plus doux, plus aimant, et juste faire avec. Quand j’ai arrêté de me mettre la pression et que je me suis détendue sur mon style et ma photographie, j’ai vu une grande différence dans mon travail. Peut-être que maintenant, en ces temps de corona, vous pouvez vous entraîner à prendre plus de photos en intérieur.

Passez une bonne journée et n’oubliez pas de visiter La boutique d’Anoushka&rsquo – soutenir les petites entreprises !

L’amour,

houx

(Photographie : Anoushka Rokebrand)

Cet article a été rédigé par Holly Becker et traduit par Accessoires-Peinture.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Accessoires-Peinture.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.